Santé
Excellence d’entrepriseHealthcare Excellence

Optimisation financière grâce à la chirurgie robotique

Un réseau de centres de soins s’est penché avec Möbius sur la question de l’optimisation des programmes robotiques actuels (d’un point de vue financier) et de comment développer une activité robotique commune.

Un défi stratégique

La chirurgie robotique, pierre angulaire du bloc opératoire numérique, offre au médecin, à l’hôpital et au patient une efficacité (rentabilité) accrue et une meilleure qualité de traitement (hospitalisation et convalescence de plus courte durée, entre autres). L’application séduit de plus en plus le secteur des soins de santé belge, 1 centre spécialisé sur 3 disposant actuellement d’un ou de plusieurs systèmes de chirurgie robotique . Les investissements dans la technologie et l’infrastructure doivent toujours s’accompagner d’une réflexion à propos de leur impact sur la qualité des soins. Au sein du paysage hospitalier, la mise en réseau offre des possibilités de consolidation, d’efficacité accrue en termes de coûts.  Un réseau de centres de soins souhaite examiner, avec l’aide de Möbius, dans quelle mesure les programmes robotiques actuels peuvent être optimisés (au niveau des coûts) et de quelle manière une activité robotique commune pourrait être développée.

Approche

Obtenir une vision d’ensemble du statu quo de la chirurgie robotique dans les établissements de soins concernés

Möbius dresse le bilan de l’utilisation actuelle de la chirurgie robotique dans les différents établissements de soins, tant sur le plan qualitatif –des entretiens de prospection sont menés avec des parties intéressées du programme robotique– que sur le plan quantitatif :

  • Visualiser l’emploi du système de chirurgie robotique dans chaque établissement de soins (nombre d’interventions, segmentation par type, temps consacré, etc.).
  • Dresser le tableau des composants et facteurs de coûts par type d’intervention et des revenus associés (utilisation des équipements, occupation des médecins et du personnel infirmier, indemnité « budget moyens financiers », raccourcissement de la durée d’hospitalisation, etc.).
  • Consolider les données pour obtenir un résultat par intervention (avant, pendant et après l’intervention (durée d’hospitalisation)).

Créer un modèle de support décisionnel au niveau financier

Assurer la transparence financière des programmes de chirurgie robotique actuels est indispensable, tant en vue de l’optimisation que pour envisager de nouveaux scénarios. Möbius a créé un modèle de coûts dynamique qui permet de modéliser de manière flexible l’impact financier de différents scénarios (d’utilisation). Möbius utilise cet instrument de support décisionnel pour :

  • Créer de la transparence financière en ce qui concerne l’efficacité en termes de coûts des programmes actuels de chirurgie robotique.
  • Calculer le coût financier de différents scénarios relatifs à l’emploi de la robotique et aux formes de collaboration.
  • Orienter vers les différentes possibilités d’augmentation de l’efficacité en termes de coûts des programmes de chirurgie robotique (au niveau opérationnel, tactique et stratégique) dans le réseau hospitalier de demain.

Formuler une vision sur l’emploi futur de la chirurgie robotique au sein du réseau

Möbius entend favoriser la mise en place d’une vision commune au sein du réseau hospitalier en ce qui concerne la chirurgie robotique : qui joue quel rôle dans le réseau ? Quelles sont les lignes directrices d’une éventuelle collaboration ?

Finalement, plusieurs modèles d’exploitation pour un programme robotique au sein d’un réseau hospitalier sont élaborés et leur faisabilité financière étudiée.

Résultat

Grâce à cette étude, les établissements de soins concernés disposent d’une idée précise de l’utilisation, de la santé financière et des facteurs de rentabilité de leur programme de chirurgie robotique. Par ailleurs, une vision étayée d’arguments financiers a été créée pour que la chirurgie robotique fasse éventuellement l’objet d’une collaboration au sein du réseau hospitalier.

Merci d'avoir lu

Contactez notre expert

Mathias Fahy

Partager référence