Santé
Healthcare excellence

Éclaircissements sur l’impact financier des soins à faible variabilité

Le gouvernement a donné le feu vert pour les soins à faible variabilité. Cela a un impact sur les honoraires des médecins. Aux hôpitaux maintenant de relever le défi et d'évaluer correctement cet impact.
Peter Willen

Les soins à faible variabilité : le feu passe au vert !

Le gouvernement introduira progressivement un montant forfaitaire global par admission pour les interventions présentant peu ou pas de variation entre les patients, on parle alors de soins à faible variabilité. Pensez par exemple à une prothèse de hanche ou à un accouchement. Le nouveau financement s’appliquera à environ 10% des plus de 4,3 millions d’hospitalisations classiques et de jour qui ont lieu chaque année dans notre pays.

Dans une première phase, seuls les honoraires des prestataires de soins seront regroupés en un montant global. Au cours des années à venir, les indemnités de séjour via le budget des moyens financiers, d’autres indemnités et les médicaments seront également intégrés au forfait. Pour plus d’informations, nous vous invitons à lire l’article paru dans la communiqué de presse de la Ministre des Affaires sociales et de la Santé publique Maggie De Block ‘Réforme du paysage hospitalier et du financement des hôpitaux. En route vers le cadre légal’.

Impact des soins à faible variabilité sur les honoraires des médecins

Dans un premier temps, l’hôpital recevra une somme forfaitaire qui regroupera les honoraires des médecins. Ce nouveau système concernera 54 groupes de patients (pour en savoir plus à ce sujet, voir l’article du Syndicat flamand des médecins ‘Laagvariabele zorg : de patiëntengroepen’). Sur la base des chiffres de 2014, les honoraires pour les séjours “à faible variabilité” s’élèvent à 371,2 millions d’euros, soit 11,52% des honoraires pour l’ensemble des séjours hospitaliers. Les hôpitaux et les médecins ont donc tout intérêt à pouvoir évaluer correctement l’impact sur les honoraires.

Le gouvernement a élaboré un ensemble complexe de critères d’inclusion et d’exclusion (pour en savoir plus, voir le lien ici du Syndicat flamand des médecins). En appliquant ces règles, il est possible pour chaque patient inclus de comparer les prestations facturées actuellement au montant forfaitaire futur et aux suppléments d’honoraires futurs. Ainsi, l’impact financier sur les montants forfaitaires et sur les compléments d’honoraires peut être évalué.

Répartition du forfait : plusieurs scénarios

La question clé est donc la suivante : comment cette somme forfaitaire sera-t-elle répartie entre les différentes spécialités ? Plusieurs scénarios sont envisageables, comme une répartition au prorata de l’activité actuelle ou une répartition par spécialité au prorata de la répartition des honoraires au niveau national. Les simulations faites au départ de ces scénarios montrent l’impact des honoraires par spécialité et par groupe de patient.

Un tableau de bord interactif de visualisation …

Mais comment gérer cela ? Comme pour tout nouveau système, on se sent d’abord un peu inconfortable et l’impact n’est pas toujours facile à évaluer. C’est pourquoi chaque hôpital a besoin de son propre ” simulateur ” pour en calculer l’impact et mener le dialogue en toute transparence. Cette étape ne concerne pas seulement la répartition des ressources entre les spécialités, mais elle marque le début d’une longue route. Il est important de démarrer dans la confiance et l’impact doit donc être limpide.

Un tableau de bord interactif offre cette transparence et il permet à l’hôpital et aux médecins de se faire une idée de l’impact sur les montants forfaitaires et sur les suppléments d’honoraires pour chaque groupe de patients. De plus, un tel tableau de bord permet de visualiser l’impact des différents scénarios pour chaque spécialité et pour chaque groupe de patients.

Möbius construit actuellement un tel tableau de bord interactif pour un hôpital. Vous êtes curieux de savoir comment cela fonctionne concrètement ? N’hésitez pas à nous contacter!

Merci d'avoir lu

Contactez notre expert

Peter Willen

Partager blog